dimanche 7 août 2016

Dimanche 3 février 2002 : Curemonte – La Borderie.

  
Curemonte

Je quitte Viviane à 10h.
Avec Oscar je traverse Curemonte, ce village au riche passé avec ses maisons nobles à tourelles. Les anciennes façades des boutiques sont décorées comme au temps de Colette.
Le GR descend des remparts côté est jusque vers la vallée de la Sourdoire (136 m). Le temps est couvert. Par une petite route de campagne, on longe la vallée, on oblique et on monte vers un plateau. De collines en collines, alternance de routes et de chemins, plutôt boueux, où Oscar se délecte.
Sur la crête, au Puy Lachaud (308 m), le vent se lève. Au hameau Doumazac, au débouché d’une forêt de châtaigniers, un étang de pêche… Pas possible de retenir Oscar qui va se nettoyer de ses bains de boue précédents. Le GR nous mène aux maisons éparses de Cantemerle et on débouche sur une crête à l’entrée de Sionac, dominant la vallée de la Dordogne.
On retrouve Viviane à 12h30, près d’un pylône des télécommunications. Le vent souffle. On mange dans le Boxer.

A 14h30, je repars avec Oscar. Le sentier sous bois descend dans la vallée, entre à Beaulieu-sur-Dordogne. Cette ville mérite son nom : cité du bord de l’eau aux rues pittoresques, avec une abbatiale qui est la plus belle église romane du bas Limousin.
Ici la Dordogne rompt définitivement avec sa haute vallée torrentueuse pour s’épanouir dans l’opulent bassin de Beaulieu, dernière escale corrézienne.
Je me dirige vers la rivière. Au bord de l’eau, la rustique chapelle des Pénitents se reflète dans la Dordogne. Une passerelle piétonne la traverse, au-dessus d’un seuil vrombissant qui intimide Oscar. De l’autre côté, on passe au milieu d’un village de vacances, déserté à cette époque. Dans le parc, des joueurs de pétanque et des promeneurs du dimanche…
Le GR 480 entreprend maintenant de monter vers les plateaux de la Xaintrie, vert pays méconnu qui s’étend entre les gorges de la Dordogne et celles de la Cère, véritable trait d’union entre le Limousin, l’Auvergne et la région Midi-Pyrénées : terre au profil tourmenté, entaillée par des vallées profondes et sauvages.
Il fait sombre. Le GR traverse une succession de hameaux tout en prenant de l’altitude. Le balisage du sentier semble abandonné. Belle vue sur Beaulieu, aux Embruns. On traverse La Veyssière et on gagne La Borderie, un hameau agricole au milieu des prairies. Peu de vie. Encore un kilomètre sur une petite route et on arrive à 17h15 à un croisement (497 m) en pleine campagne, où nous attend Viviane.

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire