dimanche 7 août 2016

Dimanche 20 avril 2003 : Château de Castelnau – Loubressac.

C’est avec Oscar que je démarre, sous l’enceinte du château de Castelnau. Le temps est doux, avec une légère grisaille.
Nous nous dirigeons vers le sud à travers des prairies bocagères : alternance de prés, de cultures et de bosquets où résonnent les chants monotones du coucou et de la huppe fasciée. Un chevreuil en pâture disparaît en un bond.
Le GR 652 retrouve le bassin de St-Céré, traverse la Bave, affluent de la Dordogne, et se poursuit par une petite route dans les prés de la Bave jusqu’à l’entrée de la vallée d’Autoire. Le GR remonte cette vallée, s’enfonce entre des falaises calcaires qui remplacent progressivement les prairies. Nous arrivons à Autoire, étagée au pied d’un cirque rocheux, premier promontoire des causses du Quercy.
Restée en dehors du temps, Autoire présente une homogénéité architecturale parfaite : nobles demeures médiévales et vieilles granges de pierre aux tons violacés, tourelles et poivrières.
Je fais le tour de l’église sans y pénétrer : un office y a lieu. J’admire un élégant manoir aux multiples toits, tours et tourelles.
Sur la place principale, Viviane nous attend.

Avec le fourgon, nous montons sur le causse pour trouver un endroit où casser la croûte.

Dans l’après-midi, je m’éloigne seul vers le fond de la vallée. Au loin tombe une cascade de 30 mètres. Bientôt le GR gravit en une sente étroite la falaise ouest. Je passe à proximité du château des Anglais, ruine creusée dans la roche. Je gagne la crête. La sente progresse dans la rocaille et atteint Siran, hameau surplombant le cirque d’Autoire. Un belvédère permet d’admirer la vallée, sorte de reculée taillée dans le calcaire. Quelques touristes locaux affrontent la grisaille…
Le sentier de grande randonnée a maintenant atteint l’extrémité nord-est du causse de Gramat, un des plus connus des causses du Quercy.
Le Quercy est une très vieille terre usée par l'érosion, complètement ravinée. Une grande partie du pays est recouverte par les causses au relief calcaire sec très perméable, qui n'a pas su retenir les couches de terre fertiles, ni l'eau bien sûr. Les causses du Quercy s'étendent le long de la bordure ouest du Massif central sur une large bande de calcaires jurassiques durs et fissurés, depuis Brive au nord jusqu'à la Grésigne au sud.
Le GR 652 s’engage au nord sur le causse Grand, prolongement du causse de Gramat. Le chemin se poursuit, encadré par des murets où s’entassent les calcaires.
J’arrive ainsi à Loubressac, village médiéval fortifié accroché au rebord du causse, avec un panorama unique  sur la vallée de la Dordogne et le château de Castelnau. J’entre dans le bourg par une porte de ville. Toutes les maisons sont en belles pierres de calcaire blond. Le château des XVe et XVIIe siècles, avec une échauguette dominant le paysage, ne se visite pas.

Viviane est stationnée sur un parking. Nous allons nous installer dans un camping sur le passage du sentier, aux abords de la localité. Plus tard nous ressortons pour visiter le bourg. J’y ferai encore une balade de nuit avec Oscar.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire