dimanche 7 août 2016

Dimanche 4 mai 2003 : Montvalent – pont sur l’Ouysse.

Je quitte Montvalent à 9h45 avec Oscar.
Le GR 652 chemine maintenant avec le GR 46, résolument vers le sud. Les GR s’enfoncent dans le causse de Gramat. Après le hameau de la Croix Blanche, un chemin prend le relais de la route. A l’intersection avec la D15, les GR pénètrent à nouveau dans le parc naturel régional des Causses du Quercy. C’est le pays de la pierre et des brebis à « lunettes noires ». La végétation se fait plus méditerranéenne : aspect désolé dû au défrichement et à la pâture des moutons. Les futaies de maigres chênes kermès « garouilles » le disputent à la rocaille et aux champs de lavande.
A l’entrée du hameau des Alix, Viviane nous attend. Elle charge Oscar qui souffre de la chaleur et va m’attendre à L’Hospitalet.
L’Hospitalet : porte d’entrée nord du site de Rocamadour, et lieu de parking.
Fuyant les touristes, nous nous éloignons avec le camping-car pour trouver un endroit où manger, sur le GR vers les Alix.

A 14h30, depuis L’Hospitalet, j’emprunte avec Viviane et Oscar, à côté du cimetière, une petite route piétonne qui descend en 600 mètres à Rocamadour.
Choc émotionnel devant la grandeur du spectacle. Sur une immense falaise dominant les gorges de l’Alzou, de superbes maisons médiévales et les sanctuaires du célèbre pèlerinage, accrochés au roc, défient les lois de l’équilibre. Au fond, dans une profusion de verdure, coule parfois paisiblement l’Alzou !



Un pèlerinage commença à se développer dans ce site au XIe siècle, et il connut rapidement un grand succès dans toute l’Europe. La découverte du corps momifié de saint Amadour en 1166 ne fit qu’amplifier sa notoriété. Du XIIe au XIVe siècle, Rocamadour connut son âge d’or. Dès le XVe, les grands pèlerinages passant de mode, Rocamadour commença à décliner. C’est aujourd’hui le deuxième site le plus visité de France après le Mont-St-Michel.
Nous entrons dans l’unique rue de Rocamadour par la porte du Figuier (XIVe siècle). De nombreuses maisons présentent encore de belles fenêtres à meneaux et arcades médiévales. La chaleur est intense et les touristes omniprésents. Oscar souffre. Viviane décide de remonter à L’Hospitalet avec le chien. Quant à moi, je quitte la ville par la porte Basse.
Le GR 652 abandonne son trajet commun avec le GR 46 et rencontre le GR 6 Alpes – Océan. Les deux GR vont cheminer de concert vers l’ouest, longeant à droite les falaises calcaires de la vallée de l’Alzou et à gauche un long ruban cultivé tapissé d’argile rouge fertile. 


De grands rapaces planent dans le ciel : peut-être des vautours et des aigles provenant du rocher des Aigles, un centre de reproduction et de démonstration qui accueille des oiseaux blessés, les soignant avant de les relâcher…
Quittant l’Alzou, le sentier monte un petit col à la croix du Crouzol, change de versant et descend vers la vallée de l’Ouysse. Non loin de là, à 500 mètres du sentier, le gouffre de Cabouy permet la résurgence de la rivière l’Ouysse.
Quelques éclats de voix : sur la gauche en contrebas, deux jeunes filles aux seins nus barbotent dans la rivière, à l’ombre et protégées des regards. Mais les jumelles ont des propriétés qui transgressent ces lieux communs !…
Je poursuis dans des étendues rocailleuses à maigre végétation sous un soleil implacable. 


Le sentier se rapproche du lit de la rivière et atteint le moulin de Caoulet que l’on traverse par une porte cochère. C’est maintenant une pisciculture et une buvette accueillante.
Il me reste un peu plus d’un kilomètre sur route pour atteindre à 17h un pont routier sur l’Ouysse où m’attendent Viviane et Oscar. Le GR 6 se poursuit sur la rive droite vers le moulin fortifié de Caugnaguet. Quant au GR 652, il va emprunter maintenant le parcours du GR 64.

*****

1 commentaire:

  1. Toujours cette recherche formelle qui loin de nuire au sens, l'enrichit - ouvrant échappées possibles & fictives au randonneur/lecteur ou lecteur/futur randonneur. Du vu et entendu à explorer, réexplorer soi-même... A Du vu faisant naître l'envie d'autres regards des mêmes lieux via de nouveaux outils (loupes, jumelles, microscope, photos, vidéos, croquis, enregistrements sonores...) ou explorations/créations sonores ou poétiques... Ne pas hésiter à nous envoyer...

    RépondreSupprimer