dimanche 7 août 2016

Jeudi 1er juillet 2004 : Moirax – Lamontjoie.

Je traverse Moirax au matin. Son église, qui appartenait à un prieuré clunisien fondé en 1049, est une des plus belles églises romanes de la région. Grand vaisseau rectangulaire, c’est le prototype parfait de l’architecture clunisienne.
Le sentier de randonnée sort du village par une route départementale, ancienne voie romaine la Peyrine, contourne les bâtiments d’un prieuré du XVIIIe siècle. Franchissant la Jorle, le GR chemine dans un paysage de collines, entre les bois et les champs de blé blondis, sous un soleil légèrement voilé. Une grive draine, haut perchée, émet son cri flûté.
Au sud-est d’Agen, nous sommes dans une région du Bassin d’Aquitaine aux plateaux argilo-calcaires et de bas coteaux qui fleure bon la Gascogne.
Le sentier progresse par monts et par vaux, côtoyant la Jorle, jusqu’à la ferme de Tourillon d’où s’aperçoit notre camping-car sur la colline d’en face. En bordure d’un verger, je descends par un chemin blanc pour remonter au lieu-dit les Piasses où je retrouve Viviane et Oscar.
Nous empruntons le GR avec le Boxer sur 800 mètres jusqu’au lieu-dit Rivière. Là, à côté d’une ferme en ruine, nous mangeons à l’ombre d’un tilleul et d’un marronnier.

Je reprends mon parcours dans l’après-midi.
Dans les étendues dorées des blés, en alternance avec le vert des tournesols, le sentier oblique à l’ouest. Empruntant des chemins de haie, il pénètre dans le département du Gers pour le quitter deux kilomètres plus loin. Entre coteaux et vallées, les moissonneuses-batteuses sont en pleine activité. Je longe l’ancien cimetière de Daubèze où quelques tombes abandonnées émergent des hautes herbes. Je passe le long des murailles du château de Marin, propriété privée. 
Ce château faisait partie durant tout le Moyen Age de la ligne de fortification qui défendait l'Agenais, alors occupé par les Anglais. Au sud, le château d'Escalup, toujours en ruines, était un des éléments de la ligne des fortifications françaises.
Par la route de crête je rejoins Lamontjoie, une bastide fondée par Philippe le Bel lors d’une temporaire occupation française. 
Cette région fut longtemps une zone frontière. Dans l'Antiquité, elle correspondait à la limite entre les Ibères et les Gaulois Nitiobriges. Durant le Moyen Age, elle marquait la frontière entre l'Agenais, dans la mouvance anglaise, et l'Armagnac, dépendant du roi de France.
J’arrive sur la place centrale. Je visite l’église du XVe siècle : retable de bois sculpté et doré du XVIIe. Lorsque j’en sors, Viviane me rejoint avec Oscar. 

On cherche un camping que l'on trouvera à l'extrême sud du département, à Astaffort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire