dimanche 7 août 2016

Samedi 3 mai 2003 : Magnagues – Montvalent.

Nous avons dormi dans la nature sur le causse, non loin de Padirac.
Au matin, nous gagnons le GR 652 à Magnagues.

Le GR n’entre pas dans le village. Il suit un moment la route et bientôt bifurque sur un sentier qui rejoint à nouveau la vallée de la Dordogne.
On entre alors dans Carennac, une des plus jolies cités médiévales de la région. "Festival de toits de toutes formes, de toutes pentes, de décrochements et d’angles impossibles dans un désordre architectural où tours, tourelles et cheminées viennent brouiller les lignes" (Guide du Routard). Je pénètre par une porte de l’enceinte du prieuré pour visiter l’église St-Pierre. Oscar m’attend sagement à l’entrée.
A la sortie de Carennac, un petit pont rejoint l’île de Grand Bourgnoux, isolée de la Dordogne par un bras de la rivière. Oscar plonge dans cet éden ombragé.


Le GR s’éloigne et rejoint un grand chemin forestier en balcon dominant les falaises et la Dordogne. A hauteur de Mézels, il bifurque vers le sud, s’enfonçant à nouveau dans le causse. Passage devant des fermes quercynoises isolées ; cheminement dans les broussailles, les maigres chênaies et les clairières à genévriers.
Les orchis poussent à foison. Les pelouses calcaires sèches constituent un terrain d’élection pour l’orchis militaire, bouffon ou singe, etc. montrant une extrême diversité de formes, jouant de la conformation et de la couleur de leurs labelles. Je remarque les fleurs lie-de-vin de la vulnéraire des causses, sous-espèce de la vulnéraire, aux fleurs ordinairement jaunes.
Nous pénétrons dans un vallon plus humide où Oscar ne manque pas quelques sources à l’origine du ruisseau de Caillon. En courant, il me rattrape sur le sentier.


Plus loin, il entend siffler et accourt. C’est Viviane qui arrive à notre rencontre. Ensemble on va gagner Floirac où le Boxer est garé sur la place centrale du village, sous l’église du XVe siècle, dominée par un énorme donjon.

Nous montons avec le camping-car sur une pelouse du causse pour y manger et y passer une partie de l'après-midi.

Je repars seul à 16h depuis Floirac.
Le GR 652 s’éloigne de la ligne de chemin de fer et gravit la falaise du cirque de Montvalent, dominant un méandre de la Dordogne. Il fait maintenant très chaud.
Sur le plateau aride, le sentier contourne Soult, gagne à travers prés et bosquets le village de Veyssou qu’il traverse. Enjambant la ligne de chemin de fer, le GR franchit un vallon et atteint sur une nouvelle hauteur dominant la Dordogne le village de Montvalent.
Jonction avec le GR 46 qui, provenant de Tours, traverse la Creuse, la Corrèze, le Lot et se dirige vers le Tarn.
Viviane m’attend sur une place du village.

Nous allons passer la soirée dans un camping (aire naturelle) près d'Alvignac, sur le causse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire